La Tour Boislamy

Boislamy était, avec Nouzerolles, l’un des fiefs provenant de la succession de la Maison d'Auvergne, entré dans la Maison de Chabannes par le mariage de Françoise de Blanchefort avec Jean ler de Chabannes baron de Curton. Les clauses du contrat étaient la reprise du nom et des armes de Blanchefort ainsi que la substitution prévue d'aîné en aîné́.

En application de ces clauses François II, seconds fils de Jean ler, reçut Boislamy et Nouzerolles. A sa mort, à Pavie en 1525, ces terres revinrent à son frère aîné Joachim qui les substitua à François, le jeune comte de Saignes, fils de son quatrième mariage.

 

C'est alors que, malgré́ la clause de substitution en vertu de laquelle il aurait dû revenir au rameau de Vergers devenu l’aîné de la branche cadette. Boislamy fut légué à Henriette, qui le donna à sa fille Marguerite Feydeau, épouse de Robert d'Hugon. Ce dernier, alors veuf, vendit Boislamy en 1769 à François Tournyol seigneur du Bateau.

 

Du château assez important autrefois il ne subsiste aujourd'hui qu'une grosse tour dite « Tour du Turc » en souvenir du prince Zizim, frère et compétiteur du sultan Bajazet qui y fut enfermé par Guy de Blanchefort, Grand Prieur d'Auvergne et Grand Maître de Rhodes de 1482 à 1486.

Le dernier Chabannes propriétaire fut Joseph de Chabannes comte de Boislamy, mort sans postérité́ en 1743.